reseau-neuronal

Ruby Villar-Documet

Neurosciences et Psychophysiologie Clinique Appliquée

creveaux-bleu
cerveau-lumineux

NEUROFEEDBACK EXCELLENCE


La méthode de Ruby Villar-Documet

 

…C’est en exerçant comme chercheur en sciences cognitives que Ruby Villar-Documet a étudié et approfondi les différentes solutions thérapeutiques et leurs effets sur ses patients, notamment ceux atteints de troubles psychiques, de troubles cognitifs et/ou de troubles neurodéveloppementaux. Elle s’est ainsi intéressée par la publication de ses confrères américains (Joseph Kamiya, Barry Sterman..), à une nouvelle approche, capable de changer l’anatomie et le fonctionnement atypique du cerveau à l’origine des troubles : « Le Neurofeedback ». Cette approche marquait l’ouverture du développement des Neurosciences Psychophysiologiques cliniques appliquées (cerveau-neurotechnologie).

Par la suite, elle a continué à développer ses connaissances et ses solutions thérapeutiques, en enrichissant sa palette thérapeutique par des approches tenant compte des avancées de la science et de la clinique, toujours plus appropriées, afin de traiter et de soigner une large gamme de spectres de la façon la plus pertinente.

Avec ses travaux, Ruby Villar-Documet acquiert alors une grande expertise théorique, pratique, scientifique et clinique se développant à la suite vers l’international, favorisée par la diversité de contextes professionnels dans lesquels elle s’est exercée : hospitalier spécialisé (troubles psychiatriques), expertise psychologique (criminologie – troubles psychiques), enseignement universitaire (psychopathologies), recherche cognitive spécialisée (cerveau humain, Pathologies Cognitives et Mentales, Troubles psychiques, Troubles neurodéveloppementaux et solutions thérapeutiques en rapport). Tous les détails sur son évolution professionnelle https://.linkedin.com/in/ruby-villar-documet

Neurofeedback Excellence 1ère génération avec Z-score, c’est la méthode de traitement créée par Ruby Villar-Documet, fruit d’une riche expérience clinique. Son traitement « Neurofeedback Excellence » est une solution thérapeutique qui comprend une gamme de différentes neurotechnologies qui vont rentrer en interaction et offrir un dispositif puissant pour l’apprentissage du cerveau et le traitement des Troubles Cognitifs et Mentaux ainsi que Neurodéveloppementaux.

En fait, cette méthode fait intervenir 3 hauts systèmes de sophistication technologique, issus à la fois des plus récentes technologies mais aussi de systèmes ayant déjà largement prouvé leur efficacité en termes de guérison. Ces systèmes différents et complémentaires vont intégrer graduellement le traitement, en rapport direct avec les progressions thérapeutiques et cliniques des patients.

En utilisant un ou cinq capteurs, la méthode a pour objectif de modeler l’activité cérébrale de surface afin de diminuer ou éradiquer les symptômes avec un suivi individualisé. Ces systèmes sont accouplés à des logiciels de recherche, intégrant une base de données de référence normative permettant aux patients d’apprécier en temps réel, les progressions réalisées lors du traitement.

La méthode « Neurofeedback Excellence » comprend aussi un suivi minutieux des relectures des séances. En accord avec les besoins individuels et afin d’accompagner l’évolution psychologique du traitement, une « palette thérapeutique » peut aussi entourer la Neurothérapie. Une corrélation clinique en permanence sur l’évolution des symptômes complète cette thérapie.

Ce traitement rigoureux et flexible s’adapte à chaque patient, le suivi est personnalisé ; il tient ainsi compte des problématiques spécifiques et de leur niveau d’atteinte. Ce traitement est applicable avec réussite à une large gamme de spectres.

Voici ma méthodologie Neurofeedback Excellence

 

 

 

NEUROFEEDBACK 1 – Excellence AVEC Z-SCORE

 

En effet, les systèmes du suivi thérapeutique Neurofeedback Excellence sont accouplés au Z-score. Traitement de mesures, dérivées de vastes bases de données EEG normatives, intégrant l’activité fréquentielle du sexe et de l’âge du patient.

…Cela signifie que pendant sa séance, le patient obtiendra une rétroaction positive aussi longtemps que l’activité cérébrale cible reste à l’intérieur d’une certaine plage d’activité normative. Si l’activité du cerveau tombe en dehors de cette plage, le patient recevra une rétroaction négative (par exemple « le film qu’il est en train de voir se verra brouillé »).

Cette base des données normatives permet au patient lors de sa séance, d’avoir un aperçu :
– Du fonctionnement fréquentiel de l’activité de son cerveau dans une localisation déterminée, comparée seconde par seconde (même sexe, même âge, même localisation) à la base des données normatives.
– D’avoir à la fin de chaque séance, un pourcentage total de sa performance – comparée à la base des données normatives. Mesures qui permettront aussi au soignant de régler le seuil de difficulté, afin de normaliser ou de potentialiser l’activité neuronale, ou de procéder aux remodelage et/ou ajustements du protocole du patient par rapport aux performances et objectifs attendus.

A la fin du traitement, l’objectif étant que la zone du cerveau ciblée présente plus d’activité dans la gamme normale et moins d’activité à l’extérieur. Tout ceci, avec une diminution et/ou une éradication des symptômes à l’origine du traitement.

Des compétences psychopathologiques ; des connaissances du terrain et de la méthodologie, en adhésion avec la sophistication et la performance des outils (Neurofeedback ; logiciels de traitement et logiciels de cartographie) : découlent la réussite et l’identification des indicateurs du succès du traitement. L’imagerie démontrant à son tour les mesures objectives des changements du fonctionnement du cerveau.

… « Des Compétences Cliniques d’Expert et un haut niveau de sophistication technologique, agissant sur un large spectre de problématiques ; avec des résultats ciblés et un haut degré de pertinence ».

A lire également :

Le Neurofeedback

 

BIBLIOGRAPHIE NEUROFEEDBACK

Articles théoriques, conceptuels, normatifs et de révision

-Aguilar-Prinsloo, S., Lyle, R. (2010). Perception du client de l’expérience de neurofeedback: La perspective indicibles. Journal of Neurotherapy, 14 (1), 55–60.
– Abarbanel, A. (1995). Portes, états, rythmes et résonances: bases scientifiques de l’entraînement par neurofeedback. Journal of Neurotherapy, 1 (2), 15–38.
– Balconi, M. (2012). Encodage de l’expression faciale émotionnelle dans les tâches directes et accidentelles: effet N200 des potentiels liés à l’événement. Journal de neurothérapie.
– Black, LM, Hudspeth, WJ, Townsend, AL, Bodenhamer-Davis, E. (2008). Modèles de connectivité EEG dans les abus sexuels durant l’enfance: application multivariée prenant en compte la courbure de l’espace cérébral. Journal of Neurotherapy, 12 (2–3), pages 141–160.
– Budzynski, TH, Budzynski, H., K., Evans, JR, Abarbanel, A. (2009). Introduction à EEG quantitatif et neurofeedback: théorie avancée et applications. Elsevier Science.
– Butnik, SM (2005). Neurofeedback chez les adolescents et les adultes atteints de trouble déficitaire de l’attention. Journal of Clinical Psychology, 61 (5), 621–625.
– Coben, R., Hudspeth, WJ (2008). Introduction aux avancées de la connectivité EEG. Journal of Neurotherapy, 12 (2–3), 93–98.
– Coben, R. et Myers, TE (2008). Théorie de la connectivité de l’autisme: Utilisation de mesures de la connectivité pour évaluer et traiter les troubles autistiques. Journal of Neurotherapy, 12 (2-3), 161–179.
– Collura, T. (2008). Vers une vision cohérente de la connectivité cérébrale. Journal of Neurotherapy, 12 (2–3), 99–110.
– Egner, T., Zech, TF et Gruzelier, JH (2004). Les effets de la formation neurofeedback sur la topographie spectrale de l’électroencéphalogramme. Neurophysiologie clinique, 115, 2452-2460.
– Egner, T. et Gruzelier, JH (2004). La dynamique temporelle des réponses encéphalographiques d’électrodes à l’entraînement neurofeedback alpha / thêta chez des sujets en bonne santé. Journal of Neurotherapy, 8 (1), 43–57.
– Egner, T., Strawson, E. et Gruzelier, JH (2002). Signature EEG et phénoménologie de l’entraînement neurofeedback alpha / thêta versus rétroaction simulée. Psychophysiologie appliquée et biofeedback, 27 (4), 261-270.
– Egner, T. et Sterman, MB (2006). Traitement neurofeedback de l’épilepsie: de la logique de base à l’application pratique. Expert Review of Neurotherapeutics, 6 (2), 247-257.
– Engelbregt HJ, D. Keeser, E. van Eijk, E. Suiker, D. Eichhorn, S. Karch, Deijen JB, Pogarell O. Effets à court et à long terme de l’entraînement préfrontal EEG-neurofeedback préfrontal contrôlé par un simulacre chez des sujets en bonne santé. Clin Neurophysiol. 2016 avril; 127 (4): 1931-7. doi: 10.1016 / j.clinph.2016.01.004. Epub 2016 22 janvier.
– Fehmi, LG et T. Collura (2007). Effets du placement des électrodes sur la formation de biofeedback EEG: La controverse monopolaire-bipolaire. Journal of Neurotherapy, 11 (2), 45–63.
– Fehmi, LG (2007). Formation à la synchronisation de phase EEG multicanal et formation de l’attention guidée verbalement pour les troubles de l’attention. Chapitre dans JR Evans (Ed.), Manuel de Neurofeedback, Binghampton, NY: Haworth Medical Press, p. 301–319.
– Fehmi, LG, et Sundor, A. (1989). Les effets du placement des électrodes sur la formation de biofeedback EEG: La controverse monopolaire-bipolaire. International Journal of Psychosomatics, 36 (1-4), 23-33.
– Fox, DJ, Tharp, DF et Fox, LC (2005). Neurofeedback: Un traitement alternatif et efficace du trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention. Psychophysiologie appliquée et biofeedback, 30 (4), 365–274.
– Grechko, O., Gontar, V. (2009). Les stimuli visuels générés par les réactions biochimiques discrètes dynamiques chaotiques comme base pour le neurofeedback. Journal of Neurotherapy, 13 (1), 30–40.
– Gruzelier, J. et Egner, T. (2005). Études de validation critiques du neurofeedback. Cliniques psychiatriques pour enfants et adolescents d’Amérique du Nord, 14 (1), 83-104.
– Gruzelier, J. (2009). Une théorie du neurofeedback alpha / thêta, de l’amélioration de la performance créative, de la connectivité fonctionnelle à longue distance et de l’intégration psychologique. Traitement cognitif, 10 (Suppl 1), S101–109.
– Hammond, DC, J. Walker, D. Hoffman, J. Lubar, D. Trudeau, R. Gurnee et J. Horvat. (2004). Normes relatives à l’utilisation de l’électroencéphalographie quantitative (QEEG) dans le neurofeedback: document de synthèse de la Société internationale de régulation neuronale. Journal of Neurotherapy, 8 (1), 5–27.
– Hammond, DC (2005). Les lobes temporaux et leur importance dans le neurofeedback. Journal of Neurotherapy, 9 (1), 67–87.
– Hammond, DC (2006). Qu’est-ce que le neurofeedback? Journal of Neurotherapy, 10 (4), 25–36.
– Hammond, DC (2007). Bibliographie complète sur le neurofeedback: mise à jour 2007. Journal of Neurotherapy, 11 (3), 45–60.
– Heinrich, H., Gevensleben, H. et Strehl, U. (2007). Annotation: Neurofeedback
– Entraînez votre cerveau à former un comportement. Journal de psychologie de l’enfant et de psychiatrie, 48, 3–16.
– Hirshberg, LM (2007). Lieu de biofeedback électroencéphalographique pour trouble de déficit de l’attention / hyperactivité. Expert Review of Neurotherapeutics, 7 (4), 315–319.
– Holtmann, M., Stadler, C., Leins, U., Strehl, U., Birbaumer, N. Et Poustka, F. (2004). Neurofeedback pour le traitement du trouble déficitaire de l’attention / hyperactivité (TDAH) chez les enfants et les adolescents. Zeitschrift fur Kinder-und Jugendpsychiatrie und Psychotherapie, 32 (3), 187-200.
– Horvat, JJ (2007). Cohérence et bizarreries de la cohérence / phase de formation: une perspective clinique. Chapitre dans JR Evans (Ed.), Manuel de Neurofeedback. Binghampton, NY: Haworth Medical Press, p. 213–227.
– Ibric, VL, Dragomirescu, LG, Hudspeth, WJ (2009). Changements de connectivité en temps réel pendant le neurofeedback. Journal of Neurotherapy, 13 (3), 156–165.
– Joffe, D. (2008). Évaluation de la connectivité et formation: une approche de cohérence partielle dirigée. Journal of Neurotherapy, 12 (2–3), 111-122.
– Johnson, ML, Bodenhamer-Davis, E. (2009). Sélection de protocole basée sur QEEG: Étude du niveau d’accord sur les sites, les séquences et les justifications d’un groupe de praticiens expérimentés en neurofeedback basés sur QEEG. Journal of Neurotherapy, 13 (1), 41–66.
– Kaiser, DA (2006). Qu’est-ce que l’EEG quantitatif? Journal of Neurotherapy, 10 (4), 2536.
– Kaiser, DA (2008). Connectivité fonctionnelle et vieillissement: différences de comodulation et de cohérence. Journal of Neurotherapy, 12 (2–3), 123–139.
– Kirk, L. (2007). Protocoles de neurofeedback pour les sous-types de trouble de déficit de l’attention / hyperactivité. Chapitre dans JR Evans (Ed.), Manuel de Neurofeedback. Binghampton, NY: Presse médicale Haworth, pages 267-299.
– Krigbaum, G et Wigton, N (2014). Lorsque vous parlez de neurofeedback, la modalité a-t-elle une importance?. Journal of NeuroRegulation, 1 (1), 48-60.
– Larson, J., Apa, B., Sheehan, LL, T. Cothran et K. O’Neill (2014), Facteurs liés à la qualité de vie au travail pour les thérapeutes en santé mentale responsables du neurofeedback. Journal of NeuroRegulation, 1 (2), 151-164.
– Larson, J., Ryan, C., Baerentzen, M. (2010). Perspectives des praticiens du traitement neurofeedback pour la santé mentale et les troubles physiologiques. Journal of Neurotherapy, 14 (4), 280-290.
– J. Larson, L. Sheehan, TP Cothran, K. O’Neill et B. Apa (2014). Facteurs du praticien du neurofeedback liés à l’observance du client. Journal of NeuroRegulation, 1 (1) 73-85.
– Llewellyn Smith, M., Collura, T. F, Ferrera, J. et de Vries, J. (2014) Formation à la fluctuation infro-lente en pratique clinique: historique technique. Journal of NeuroRegulation, 1 (2), 187-207.
– Lubar, JF (1991). Discours sur le développement du diagnostic EEG et du biofeedback pour les troubles de déficit de l’attention / hyperactivité. Biofeedback et autorégulation, 16 (3), 201225.
– Lubar, JF (1997). Dynamique néocorticale: implications pour la compréhension du rôle du neurofeedback et des techniques associées dans l’amélioration de l’attention. Psychophysiologie appliquée et biofeedback, 22 (2), 111-126.
– Lubar, JF (2003). Neurofeedback pour la gestion des troubles du déficit de l’attention / hyperactivité. Chapitre dans MS Schwartz & F. Andrasik (Eds.), Biofeedback: Guide du praticien (Troisième édition). New York, Guilford, 409–437.
– Monastra, VJ (2003). Applications cliniques du biofeedback électroencéphalographique. Chapitre dans MS Schwartz & F. Andrasik (Eds.), Biofeedback: Guide du praticien (Troisième édition). New York, Guilford, 438–463.
– Monastra, VJ (2005). Biofeedback électroencéphalographique (neurothérapie) en tant que traitement du trouble déficitaire de l’attention: fondements rationnels et empiriques. Cliniques psychiatriques pour enfants et adolescents d’Amérique du Nord, 14 (1), 53–82.
– Monastra, VJ, S. Lynn, M. Linden, JF Lubar, J. Gruzelier et TJ LaVaque (2005). Biofeedback électroencéphalographique dans le traitement du trouble déficit de l’attention / hyperactivité. Psychophysiologie appliquée et biofeedback, 30 (2), 95-114.
– Moore, JP, DL, Trudeau, PD, Rubin, Y., H. Stockley et T. Dimond (2000). Comparaison du neurofeedback alpha-thêta, alpha et EMG dans la production de cross-over alpha-thêta et la survenue de visualisations. Journal of Neurotherapy, 4 (1), 2942.
– Myers, J. & Young, JS (2012). Biofeedback des ondes cérébrales: Avantages de l’intégration du neurofeedback dans le conseil. Journal de conseil et de développement. 90 (1), 20-29.
– Nelson, LA (2003). La neurothérapie et le défi du soutien empirique: appel à un réseau de recherche sur la neurothérapie. Journal of Neurotherapy, 7 (2), 53–67.
– Othmer, S. (2005). Entraînement EEG interhémisphérique. Journal of Neurotherapy, 9 (2), 87–96.
– Othmer, S., Othmer, SF, Legarda, S. (2011). Neurofeedback clinique: Entraînement du comportement du cerveau. Stratégies de traitement
– Neurologie et psychiatrie pédiatriques, 2 (1): 67-73
– Pineda, JA, DS Silverman, A. Vankov et J. Hestenes (2003). Apprendre à contrôler les rythmes cérébraux: rendre possible une interface cerveau-ordinateur. Ingénierie des systèmes neuronaux et de la réhabilitation, Transactions IEEE, 11 (2), 181–184.
– Raymond, J., Varney, C., Parkinson, LA et Gruzelier, JH (2005). Les effets du neurofeedback alpha / thêta sur la personnalité et l’humeur. Recherche sur le cerveau et recherche sur le cerveau cognitif, 23 (2–3), 287–292.
– J. Richardson, P. Fillmore, A. Datta, D. Truong, M. Bikson, J. Fridriksson (2014). Vers le développement de protocoles factices pour la stimulation transcrânienne à courant continu haute définition (HD-tCDS). Journal of NeuroRegulation, 1 (1) 62-72.
– Rossiter, TR (2004). L’efficacité du neurofeedback et des médicaments stimulants dans le traitement des TDA / HD: Partie I. Examen des problèmes méthodologiques. Psychophysiologie appliquée et biofeedback, 29 (2), 135-140.
– Sams, MW (1995). Corrélats mathématiquement dérivés de la fréquence dans la fonction cérébrale: implications théoriques et cliniques pour le traitement par neurofeedback. Journal of Neurotherapy, 1 (2), 1–14.
– Sherlin, L., Arns, M., Lubar, J. et Sokhadze, E. (2010). Un document de synthèse sur le neurofeedback dans le traitement du TDAH. Journal of Neurotherapy, 14 (2), 66–78.
– Sittenfeld, P., Budzynski, TH et Stoyva, JM (1976). Mise en forme différentielle des rythmes thêta EEG. Biofeedback et autorégulation, 1, 31–46.
– Stankus, T. (2008). Le cerveau peut-il être entraîné? Comparaison de la littérature sur l’utilisation du biofeedback / neurofeedback EEG comme traitement alternatif ou complémentaire du trouble déficitaire de l’attention (TDAH). Bibliothécaire en sciences sociales et comportementales, 26 (4), 20–56.
– Sterman, MB, et Egner, T. (2006). Fondation et pratique du neurofeedback pour le traitement de l’épilepsie. Psychophysiologie appliquée et biofeedback, 31 (1), 21–36.
– Strehl, U. (2009) Neurofeedback potentiels corticaux lents. Journal of Neurotherapy, 13 (2), 117-126.
– Strehl U (2014) Ce que les théories d’apprentissage peuvent nous apprendre dans la conception de traitements de neurofeedback. De face. Fredonner. Neurosci. 8: 894. doi: 10.3389 / fnhum.2014.00894.
– Strehl, U., Leins, U., Goth, G., Klinger, C., Hinterberger, T. et Birbaumer, N. (2006). Autorégulation des potentiels corticaux lents: un nouveau traitement pour les enfants présentant un trouble déficitaire de l’attention / hyperactivité. Pediatrics, 118, 1530-1540.
– Strehl, U., Trevorrow, T., Veit, R., Hinterberger, T., Kotchoubey, B., Erb, M., et Birbaumer, N. (2006). Désactivation des zones du cerveau lors de l’autorégulation des potentiels corticaux lents chez les patients en convulsions. Psychophysiologie appliquée et biofeedback, 31 (1), 85–94. ​​- Swatzyna, RJ, Tarnow, JD, J. Tannous, C. Schieszler, VJ Pillai et GP Kozlowski (2014). La technologie EEG / QEEG identifie les neurobiomarqueurs essentiels au choix et au traitement du médicament: étude préliminaire. Journal de psychologie et de psychiatrie clinique.
– Swatzyna, RJ, Kozlowski, GP et Tarnow, JD (2015). Pharmaco-EEG: Une étude de la médecine individualisée en pratique clinique. EEG clinique et neurosciences. Vol. 46 (3) 192-196: DOI: 10.1177 / 15500594 | 4556 | 20. ​​- Tan G, Thornby J, DC Hammond, U Strehl, B Canady, Arnemann K, et Kaiser DA (2009 / sous presse). Méta-analyse du biofeedback EEG dans le traitement de l’épilepsie. EEG clinique et neurosciences, 40 (3).
– Thatcher, RW (2010). Validité et fiabilité de l’électroencéphalographie quantitative. Journal of Neurotherapy, 14 (2), 122-152.
– Thomas, James L. (2012). Neurofeedback: Une nouvelle modalité pour traiter les problèmes cérébraux. Archives of Medical Psychology, 3 (1), 21-35.
– Thornton, K. (2001). Électrophysiologie de la mémoire auditive des paragraphes vers une théorie de la projection / activation de l’esprit. Journal of Neurotherapy, 4 (3), 45–72.
– Thornton, KE, Carmody, DP (2009). Bases de données QEEG activées et actives pour la prédiction de l’efficacité cognitive et de l’hypothèse d’inefficacité. Journal of Neurotherapy, 13 (1), 1–21.
– Thornton, KE, et Carmody, DP (2009). Rééducation des lésions cérébrales traumatiques: protocoles de traitement par biofeedback QEEG. Psychophysiologie appliquée et biofeedback, 34 (1), 5968.
– Thornton, KE, et Carmody, DP (2009). Rééducation des lésions cérébrales traumatiques: protocoles de traitement par biofeedback QEEG. Psychophysiologie appliquée et biofeedback, 34, 59–68.
– Thorton, Kirtley, E. Carmodly, D, P. (2012). Chiffre de symbole et EEG quantitatif. Journal de neurothérapie.
– Vernon, D., Frick, A. et Gruzelier, J. (2004). Neurofeedback en tant que traitement du TDAH: une revue méthodologique ayant des implications pour la recherche future. Journal of Neurotherapy, 8 (2), 53–82.
– Walker, JE et J. Horvat (2010). Est-il préférable de former le pouvoir d’abord ou la cohérence d’abord? Journal of Neurotherapy, 14 (2), 102-106.
– Walker, J. (2004). Conseils d’un neurologue aux professionnels de la santé mentale sur l’utilisation du QEEG et du neurofeedback. Journal of Neurotherapy, 8 (2), 97-103.
– Walker, JE, Kozlowski, GP et Lawson, R. (2007). Une approche d’activation / cohérence modulaire pour évaluer les corrélations cliniques / QEEG et pour guider la formation au neurofeedback: insuffisances modulaires, excès modulaires, déconnexions et hyperconnexions. Journal of Neurotherapy, 11 (1), 25–44. Plus de publications https://www.rvd-psychologue.com/neurofeedback-traitement-hyperactivite-depression-fatigue.html

BIBLIOGRAPHIE NEUROFEEDBACK Z-SCORE :

– Collura, TF, Guan, J., Tarrant, J., Bailey, J. et Starr, F. (2010). Des études de cas de biofeedback EEG utilisant une formation en direct Z-score et une base de données normative. Journal of Neurotherapy, 14 (1), 22–46.
– Collura, TF (2009). Dynamique neuronale en relation avec l’évaluation et la formation en électroencéphalographie normative. Biofeedback, 36, 134-139. ​​- Frey, LC, Koberda JL (2015). Neurofeedback LORETA Z-score chez les patients atteints d’épilepsie médicalement réfractaire. Journal de neurologie et neurobiologie, 1 (1).
– Hammer, BU, Colbert, AP, Brown, KA et Ilioi, EC (2011). Neurofeedback for Insomnia: Une étude pilote sur le Z-Score SMR et les protocoles individualisés. Psychophysiologie appliquée et biofeedback, DOI 10.1007 / s10484-011-9165-y.
– Koberda, JL (2011). Avantages cliniques de l’application de l’électroencéphalogramme quantitatif (QEEG) en neurologie générale. Neuroscience Letters, 500 (Suppl.), E32.
– Koberda, JL, A. Moses, L. Koberda et P. Koberda (2012). Amélioration cognitive par neurofeedback à 19 électrodes Z-score. Journal of Neurotherapy, 16 (3): 224-230.
– Koberda, JL, Hiller, DS, Jones, B., Moses, A. et Koberda, L. (2012). Application du neurofeedback dans la pratique de la neurologie générale. Journal of Neurotherapy, 16 (3): 231-234.
– Koberda, JL (2014). Neuromodulation-Une Modalité Thérapeutique Emergente En Neurologie. Journal of Neurology and Stroke 2014, 1 (4): 00027.
– Koberda J, L. et Stodolska-Koberda U (2014). Neurofeedback LORETA Z-score en tant que modalité de rééducation potentielle chez les patients atteints de CVA. Journal of Neurology and Stroke 1 (5): 00029.
– Koberda, JL et al. 2012. Amélioration cognitive avec Neurofeedback à 19 électrodes Z-score. Journal of Neurotherapy 3.
– Koberda JL, Koberda P, Bienkiewicz A, Moïse A, Koberda L. Gestion de la douleur à l’aide de Z-Score LORETA à 19 électrodes. Journal of Neurotherapy, 2013, 17: 3, 179-190.
– Koberda, JL (2012). Comparaison de l’efficacité du neurofeedback surface / LORETA 19 à électrodes Z-score par rapport au neurofeedback standard à 1 électrode
– Journal of Neurotherapy.
– Kodebra, JL (2015). LORETA efficacité du neurofeedback z-score dans la réadaptation des patients souffrant d’une lésion cérébrale traumatique. Journal de neurologie et neurobiologie, 1 (4).
– Koberda, JL, P. Koberda, A. Moses, J. Winslow, A. Bienkiewicz, A., Koberda L. (2014). Neurofeedback LORETA Z-score en tant que traitement potentiel du TDAH. Biofeedback, 42 ​​(2), 74-81. doi: 10.5298 / 1081-5937-42.2.05.
– Koberda, JL (2014). Neurofeedback LORETA Z-score en tant que traitement potentiel du dysfonctionnement cognitif et de la démence. Journal de psychologie et de psychiatrie clinique, 1 (6). doi: 10.15406 / jpcpy.2014.01.00037.
– Koberda, JL, Frey LC (2015). Neurofeedback LORETA de Z-score en tant que traitement potentiel pour les patients souffrant de crises convulsives et d’épilepsie réfractaire. Journal de neurologie et de neurobiologie, 1 (1) doi: http: //dx.doi. org / 10.16966 / noa.101 \
– Krigbaum, G., Wigton, N. (2015). Une méthodologie d’analyse pour le suivi du traitement progression avec neurofeedback z-score à 19 canaux (19ZNF) dans un modèle mono-sujet. Psychophysiologie appliquée et biofeedback, 40 (3), 139-149. doi: 10.1007 / s10484-015-9274-0.
– Thompson, M., Thompson, L. et Reid, A. (2010). Neuroanatomie fonctionnelle et justification de l’utilisation du biofeedback EEG pour les clients atteints du syndrome d’Asperger. Journal de psychophysiologie appliquée et de biofeedback, 35 (1), 39-61.
– Thatcher, RW (2013): Derniers développements en matière d’entraînement Z-Score en direct: liste de contrôle des symptômes, réinitialisation de phase et biofeedback Loreta Z-Score, Journal of Neurotherapy, 17 (1), 69- 87.
– Thatcher, RW (2013). Derniers développements en matière de formation Z-Score en direct: liste de contrôle des symptômes, réinitialisation de phase et biofeedback Loreta Z-Score. Version du premier enregistrement publié: Journal of Neurotherapy. 17 (1)
– Wigton, NL (2013) Perspectives cliniques du neurofeedback Z-Score à 19 canaux: avantages et limites, Journal of Neurotherapy, 17 (4), 259-264.

© 2011 Ruby VILLAR-DOCUMET Psychologue à Paris

Neurothérapeute spécialiste en neurofeedback  1 Z scorePsychothérapeute

Cabinet : 2 Place Malvesin, 92400 Courbevoie (aux portes de Paris)

Mentions légales et conditions d’utilisationCharte de confidentialité et de sécurité