reseau-neuronal

Ruby Villar-Documet

Neurosciences et Psychophysiologie Clinique Appliquée

creveaux-bleu
cerveau-lumineux

LE NEUROFEEDBACK 3ème génération
swLORETA
et Ruby Villar-Documet

Ruby Villar-Documet est Psychologue clinicienne d’orientation scientifique, expert dans le traitement clinique par Neurofeedback et spécialiste dans les Pathologies Cognitives, Mentales et Neurodéveloppementales.

Sa démarche thérapeutique découle d’une expérience acquise dans différents contextes : Hospitalier Spécialisé (troubles psychiatriques), Expertise Psychologique (criminologie – troubles psychiques), Enseignement Universitaire (psychopathologies), Clinique et Recherche Cognitive Spécialisée (troubles psychiques, troubles neuro-développementaux, cerveau humain et solutions thérapeutiques en rapport).

Son atout pour l’exercice est une combinaison d’expertise scientifique et d’expérience clinique de plus de 25 ans :

Pendant des années d’activité mise au service de la guérison des troubles, elle a creusé les informations, comparé et étudié les nombreuses publications scientifiques et approfondi ses connaissances sur l’interactivité entre le Neurofeedback et les diverses pathologies. Fruit de ces recherches et de par son expérience minutieuse dans la pratique de l’approche, elle s’est positionnée comme expert dans le traitement clinique des grandes pathologies par Neurofeedback. A la suite, elle a créé sa propre méthode de traitement pour la rééducation du cerveau, « Neurofeedback Excellence 1ère génération avec Z-score. »

En lien continu avec des manufacturiers et des chercheurs de renommée à l’origine de la méthode aux USA, en connaisseur du domaine et passionnée des solutions thérapeutiques, toujours plus précises et plus efficaces, Ruby Villar-Documet a introduit à ses traitements, de 2013 à 2019, le « Neurofeedback LORETA 2ème génération avec Z-score » lui permettant de rééduquer 24 aires du cerveau en simultané, faisant de son cabinet le premier et unique en France à travailler et être équipé de ce système spécialisé pour ses traitements cliniques – équipements certifiés médicaux –.

Aujourd’hui et depuis Janvier 2020, Ruby Villar-Documet monte encore la barre de ses interventions et de ses résultats thérapeutiques, en proposant pour ses traitements cliniques le dernier apport de la science et de la technologie à

la Neurothérapie hautement spécialisée appelé :

« Neurofeedback swLORETA 3ème génération avec Z-score », Profonde amplitude 3 D –

Lui permettant de rééduquer 40 combinaisons d’aires de la cartographie du cerveau en simultané

(Neurofeedback équipements certifiés médicaux)

Comment fonctionne le « Neurofeedback swLORETA 3ème génération avec Z-score » profonde amplitude 3D

 

Neurofeedback swLORETA 3ème génération LORETA avec Z-score profonde amplitude en 3D, est le dernier et le plus progressiste des systèmes, considéré comme une avancée thérapeutique majeure au cours de ces 22 dernières années. Ce nouveau système – équipements certifiés médicaux – permet de traiter cliniquement en simultané 40 combinaisons d’aires de la cartographie du cerveau en profondeur.

Il est utilisé seulement par une poignée de cliniciens dans le monde du fait de sa complexité technique, du bagage de compétences cliniques requises ainsi que du degré d’expertise et d’expérience dans le domaine de la Neurothérapie nécessaires à son utilisation.

En effet, Neurofeedback swLORETA 3ème génération avec Z-score, profonde amplitude en 3D, est le système de traitement cérébral le plus avancé qui soit. Son utilisation nécessite plus de compétences spécialisées et plus d’expérience dans le domaine que celles d’un clinicien traditionnel (au moins 20 ans).

En France, le cabinet de Ruby Villar-Documet a intégré ce dernier Système innovateur de la science et de la technologie, Neurofeedback swLORETA 3ème génération – équipements certifiés médicaux – à ses traitements cliniques depuis janvier 2020, et elle est vraiment ravie de la profondeur du traitement, de la multiplicité de combinaisons de points d’intervention, lui facilitant plus de pertinence lors du traitement.

Une couverture thérapeutique majeure signifie plus de points et plus de zones traitées en simultané, et aussi moins de séances à réaliser et un temps de suivi plus réduit.

Neurofeedback swLORETA 3ème génération avec Z-score, profonde amplitude, avec Imagerie 3Dimensions et QEEG incorporé

 

 

Neurofeedback swLORETA 3ème génération avec Z-score , profonde amplitude. Utilise pour le traitement une matrice complète de 19 capteurs, mettant en lien 4 000 points du cerveau.

Le QEEG-Loreta (Tomographie Electromagnétique Basse Résolution) incorporé dans le système « Neurofeedback swLORETA 3ème génération avec Z-score » a été conçu à l’origine pour la recherche médicale du cerveau, il possède ainsi un logiciel de la recherche médicale cérébrale de premier plan, permettant de mesurer et de cartographier directement les zones et les fonctions cérébrales profondes, pour à la suite générer la carte visuelle de l’activité du cerveau.

En fait le système Neurofeedback swLORETA 3ème génération avec Z-score, profonde amplitude, avec traitement d’imagerie en 3Dimensions, permet d’évaluer aussi en image la localisation de l’activité neuronale avec un degré raisonnable de précision élevée. Il facilite aussi la mesure des structures profondes du cerveau basées sur des électrodes placées sur le cuir chevelu, ce qui donne la possibilité d’obtenir une localisation source du haut du crâne.

Le QEEG, Neurofeedback swLORETA 3ème génération avec Z-score, profonde amplitude avec traitement d’imagerie en 3Dimensions, utilise des algorithmes nouveaux et intelligents pour effectuer la localisation de la source du problème avec un degré croissant de fiabilité, pour à la suite générer la carte visuelle de l’activité du cerveau. Les mesures résultantes seront ensuite comparées à une base de données de recherche médicales (Z-score normative, répondant aux critères d’inclusion / d’exclusion, taille adéquate et transparente de l’échantillon par groupe d’âge, de sexe et en adaptation à l’amplificateur. Ces normes ont été corrélées sur le plan clinique et validées de manière croisée. Ceci est cité dans plus de 100 000 publications revues par des pairs). Cette dernière analyse permettant d’identifier, de localiser et de relier les symptômes à l’activité cérébrale spécifique et/ou « atypique ».

Le Neurofeedback swLORETA 3ème génération avec Z-score, profonde amplitude avec traitement d’imagerie en 3Dimensions, donne la possibilité au soignant de cibler et de traiter des zones cérébrales profondes impliquées dans les symptômes et avec des objectifs plus précis. Il lui est ainsi possible de soigner des réseaux entiers du cerveau, ainsi que de rééduquer la cohérence (connectivité), la vitesse de traitement (phase), l’asymétrie et plus ; tous les facteurs cruciaux dans le fonctionnement optimal du cerveau.

Mettant à contribution l’imagerie, le système Neurofeedback swLORETA 3ème génération avec Z-score, profonde amplitude en 3Dimensions -équipements certifiés médicaux- le soignant peut cibler directement le traitement des zones profondes, « sites de contrôle » du cerveau, (zones que le Neurofeedback 1ère génération est incapable d’atteindre).

Finalement, en utilisant le même matériel approuvé pour la recherche médicale, le système Neurofeedback swLORETA 3ème génération avec QEEG-Loreta incorporé nous permet d’identifier (et, finalement, d’enseigner) les modèles des ondes cérébrales – à des structures profondes du cerveau – en utilisant le bonnet des capteurs, avec le logiciel en corrélation avec une source avancée. Ainsi, nous sommes aujourd’hui capables, pour la première fois et dans le même temps, d’identifier et d’apprendre aux structures plus profondes comment fonctionner de manière optimale (Neurofeedback swLORETA 3ème génération en 3D, avec QEEG incorporé). C’est vraiment une belle prouesse clinique et neurotechnologique !!!

Pendant une séance, on peut ainsi :

– Effectuer la lecture de l’activité cérébrale de centaines de points en 3 dimensions et en temps réel.

– Traiter en profondeur et rééduquer jusqu’à 40 combinations d’aires de la cartographie du cerveau en simultané (Neurofeedback 1ère génération rééduque seulement 2 aires en simultané).

– Cibler des zones cérébrales profondes impliquées dans les symptômes et avec des objectifs plus précis.

– Rééduquer et soigner ainsi des réseaux entiers du cerveau.

– Apprendre simultanément au cerveau 500, 2 000, 4 000 paramètres ou plus.

– Mesurer, faire travailler et rééduquer l’activité interne du cerveau en lien avec des symptômes spécifiques.

– Mesurer, faire travailler et rééduquer la communication entre les différentes régions du cerveau, pour rééduquer la cohérence (connectivité), la vitesse de traitement (phase), l’asymétrie et plus. Tous les facteurs cruciaux dans le fonctionnement optimal du cerveau (que le Neurofeedback 1ère génération est incapable d’atteindre).

 

 

Essentiel de signaler pour le suivi thérapeutique des patients :

– Le traitement de Neurothérapie par Neurofeedback swLORETA 3ème génération avec Z-score est un « Système » d’Equipements Certifiés Médicaux.

– Les interventions techniques et cliniques lors du traitement, sont assurées personnellement par un Professionnel de la Santé.

– Professionnel de Formation Académique Universitaire.

– Professionnel spécialisé dans le traitement clinique des « Pathologies Cognitives et Mentales » et des « Troubles Neurodéveloppementaux » et donc avec le bagage de compétences cliniques requises.

– Professionnel, Expert et expérimentée dans le domaine de la Neurothérapie et le traitement clinique par Neurofeedback.

– Aucune manipulation ou délégation de taches n’est laissée au concours des techniciens.

« A chaque séance, le Neurofeedback swLORETA 3ème génération avec Z-score profonde amplitude, applique pour le traitement – le principe z-score –. Cela signifie que le patient obtient une rétroaction positive aussi longtemps que son activité cérébrale ciblée, reste à l’intérieur d’une certaine plage de l’activité (mesure donnée par la norme). Ces normes sont dérivées de vastes bases de données EEG normatives. Si l’activité du cerveau tombe en dehors de cette plage, le patient reçoit une rétroaction négative. Ceci dit, pour un traitement utilisant – lecture des films –, lors de la réception d’images avec un patient – présentant une réactivité positive – la visibilité du film sera élevée ; la visibilité du film diminue lorsque la rétroaction est négative ».

Au cours du traitement, à travers la matrice des capteurs, la soignante est en mesure de voir les progrès de ses patients.

La méthode de suivi clinique de Ruby Villar-Documet, par la relecture minutieuse des séances, lui permet en fonction des évolutions, d’ajuster le traitement en accord avec : les modifications obtenues, la corrélation et rétrocession avec son patient, et les objectifs des soins. Les progrès du suivi sont à jour en permanence.

Ce système de traitement profond et précis, permet à la soignante de gagner en efficacité, avec des améliorations très significatives dans le traitement des troubles spécifiques (TDAH, syndrome d’Asperger, Dépression, Troubles de l’Anxiété, … d’autres Troubles Cognitifs, Mentaux et Neurodéveloppementaux).

La communication continuelle de Ruby Villar-Documet avec des experts du Neurofeedback swLORETA 3ème génération avec Z-score profonde amplitude, notamment américains : chercheurs, développeurs, mathématiciens statisticiens, lui facilite l’acquisition des derniers logiciels de traitement d’imagerie, rendant ses équipement – certifiés médicaux – encore plus précis pour le ciblage, plus fins pour le traitement et à jour des dernières avancées. Une imagerie plus fine et détaillée permet de meilleurs résultats. Un meilleur ciblage signifie plus de fiabilité.

Neurofeedback 2ème génération loreta

Neurofeedback LORETA et l’équipement

Le système Neurofeedback LORETA coûte vingt fois plus qu’un équipement première génération. Neurofeedback swLORETA n’est pas un système « préemballé » ou automatisé acheté par internet.

Le matériel utilisé par Ruby Villar-Documet est le fruit des efforts de collaboration de quelques-uns des plus grands cliniciens et chercheurs en Neurofeedback du monde, travaillant ensemble pour assembler le meilleur outil de Neurothérapie possible.

Le système Neurofeedback swLORETA 3ème génération avec Z-score, profonde amplitude, intégré à sa palette thérapeutique a été initialement développé et utilisé comme outil de recherche médicale. swLORETA combine ainsi le logiciel NeuroGuide pour QEEG (profonde amplitude) et Neurofeedback, conçu par un des leaders mondiaux de la recherche sur le cerveau : le Dr Robert Thatcher (auteur de plus de 200 publications, dont huit livres) et les méthodes des pionniers du traitement Neurofeedback (J.Kamiya, B.Sterman J.Lubar M.Wuttke, …). Le résultat de cette fusion a produit la première avancée majeure dans le domaine du neurofeedback au cours des 22 dernières années.

Le neurofeedback Loreta Z-Score est approuvé par la FDA et répond aux critères les plus stricts en matière de pratique du neurofeedback fondée sur des preuves. Il a fait l’objet d’une validation croisée par PET et MRi, est utilisé par des universités, des centres médicaux, l’armée américaine, des instituts de recherche (et corroboré dans plus de 650 études sur le neurofeedback)

L’expertise de Ruby Villar-Documet dans cette approche et la palette thérapeutique classique qui accompagne son traitement, a permis de guérir un plus grand nombre de troubles Cognitifs, Mentaux et Neurodéveloppementaux de façon durable et profonde, tels que : Autisme, Déficit de l’attention, Hyperactivité, Troubles de l’Anxiété, Trouble Borderline, Trouble Bipolaire, Fatigue Chronique, Troubles Dissociatifs, Epilepsie, Troubles du Sommeil, TOCS, Douleur Chronique ainsi que divers troubles de Neurophysiologie Générale (liste non exhaustive, voir plus https://www.rvd-psychologue.com/neurofeedback-traitement-hyperactivite-depression-fatigue.html)

Lorsqu’il s’agit de résoudre des symptômes complexes ou de rééduquer le cerveau avec des conditions médicales spécifiques, de bons outils et des professionnels hautement spécialisés font toute la différence.

… Des Compétences Cliniques d’Expert et un haut niveau de sophistication technologique, agissant sur un large spectre de problématiques ; avec des résultats ciblés et un haut degré de pertinence.

… « Des Compétences Cliniques d’Expert et un haut niveau de sophistication technologique, agissant sur un large spectre de problématiques ; avec des résultats ciblés et un haut degré de pertinence ».

A consulter aussi :

Autisme Asperger

Traitement du TSA par neurofeedback

http://www.rvd-psychologue.com/recherches-et-applications-neurofeedback-autisme.html

http://www.rvd-psychologue.com/neurofeedback-deficit-attention-hyperactivite.html

http://www.rvd-psychologue.com/recherches-et-applications-neurofeedback-anxiete.html

http://www.rvd-psychologue.com/recherches-et-applications-neuroffedback-trouble-bipolaire-et-la-schizophrenie.html

http://www.rvd-psychologue.com/recherches-et-applications-neurofeedback-fatigue-chronique.html

http://www.rvd-psychologue.com/recherches-et-applications-neurofeedback-depression.html

http://www.rvd-psychologue.com/recherches-et-applications-neurofeedback-troubles-dissociatifs.html

http://www.rvd-psychologue.com/recherches-et-applications-neurofeedback-epilepsie.html

http://www.rvd-psychologue.com/recherches-et-applications-neurofeedback-sommeil.html

http://www.rvd-psychologue.com/recherches-et-applications-neurofeedback-trouble-obsessionnel-compulsif-syndrome-tourette.html

http://www.rvd-psychologue.com/recherches-et-applications-neurofeedback-troubles-de-lapprentissage.html

http://www.rvd-psychologue.com/recherches-et-applications-neurofeedback-douleur-chronique.html

http://www.rvd-psychologue.com/recherches-et-applications-neurofeedback-sujets-speciaux.html

-neurofeedback-neurophysiologie-generale.html

 

BIBLIOGRAPHIE NEUROFEEDBACK
Articles théoriques, conceptuels, normatifs et de révision
– Aguilar-Prinsloo, S., Lyle, R. (2010). Perception du client de l’expérience de neurofeedback: La perspective indicibles. Journal of Neurotherapy, 14 (1), 55–60.
– Abarbanel, A. (1995). Portes, états, rythmes et résonances: bases scientifiques de l’entraînement par neurofeedback. Journal of Neurotherapy, 1 (2), 15–38.
– Balconi, M. (2012). Encodage de l’expression faciale émotionnelle dans les tâches directes et accidentelles: effet N200 des potentiels liés à l’événement. Journal de neurothérapie.
– Black, LM, Hudspeth, WJ, Townsend, AL, Bodenhamer-Davis, E. (2008). Modèles de connectivité EEG dans les abus sexuels durant l’enfance: application multivariée prenant en compte la courbure de l’espace cérébral. Journal of Neurotherapy, 12 (2–3), pages 141–160.
– Budzynski, TH, Budzynski, H., K., Evans, JR, Abarbanel, A. (2009). Introduction à EEG quantitatif et neurofeedback: théorie avancée et applications. Elsevier Science.
– Butnik, SM (2005). Neurofeedback chez les adolescents et les adultes atteints de trouble déficitaire de l’attention. Journal of Clinical Psychology, 61 (5), 621–625.
– Coben, R., Hudspeth, WJ (2008). Introduction aux avancées de la connectivité EEG. Journal of Neurotherapy, 12 (2–3), 93–98.
– Coben, R. et Myers, TE (2008). Théorie de la connectivité de l’autisme: Utilisation de mesures de la connectivité pour évaluer et traiter les troubles autistiques. Journal of Neurotherapy, 12 (2-3), 161–179.
– Collura, T. (2008). Vers une vision cohérente de la connectivité cérébrale. Journal of Neurotherapy, 12 (2–3), 99–110.
– Egner, T., Zech, TF et Gruzelier, JH (2004). Les effets de la formation neurofeedback sur la topographie spectrale de l’électroencéphalogramme. Neurophysiologie clinique, 115, 2452-2460.
– Egner, T. et Gruzelier, JH (2004). La dynamique temporelle des réponses encéphalographiques d’électrodes à l’entraînement neurofeedback alpha / thêta chez des sujets en bonne santé. Journal of Neurotherapy, 8 (1), 43–57.
– Egner, T., Strawson, E. et Gruzelier, JH (2002). Signature EEG et phénoménologie de l’entraînement neurofeedback alpha / thêta versus rétroaction simulée. Psychophysiologie appliquée et biofeedback, 27 (4), 261-270.
– Egner, T. et Sterman, MB (2006). Traitement neurofeedback de l’épilepsie: de la logique de base à l’application pratique. Expert Review of Neurotherapeutics, 6 (2), 247-257.
– Engelbregt HJ, D. Keeser, E. van Eijk, E. Suiker, D. Eichhorn, S. Karch, Deijen JB, Pogarell O. Effets à court et à long terme de l’entraînement préfrontal EEG-neurofeedback préfrontal contrôlé par un simulacre chez des sujets en bonne santé. Clin Neurophysiol. 2016 avril; 127 (4): 1931-7. doi: 10.1016 / j.clinph.2016.01.004. Epub 2016 22 janvier.
– Fehmi, LG et T. Collura (2007). Effets du placement des électrodes sur la formation de biofeedback EEG: La controverse monopolaire-bipolaire. Journal of Neurotherapy, 11 (2), 45–63.
– Fehmi, LG (2007). Formation à la synchronisation de phase EEG multicanal et formation de l’attention guidée verbalement pour les troubles de l’attention. Chapitre dans JR Evans (Ed.), Manuel de Neurofeedback, Binghampton, NY: Haworth Medical Press, p. 301–319.
– Fehmi, LG, et Sundor, A. (1989). Les effets du placement des électrodes sur la formation de biofeedback EEG: La controverse monopolaire-bipolaire. International Journal of Psychosomatics, 36 (1-4), 23-33.
– Fox, DJ, Tharp, DF et Fox, LC (2005). Neurofeedback: Un traitement alternatif et efficace du trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention. Psychophysiologie appliquée et biofeedback, 30 (4), 365–274.
– Grechko, O., Gontar, V. (2009). Les stimuli visuels générés par les réactions biochimiques discrètes dynamiques chaotiques comme base pour le neurofeedback. Journal of Neurotherapy, 13 (1), 30–40.
– Gruzelier, J. et Egner, T. (2005). Études de validation critiques du neurofeedback. Cliniques psychiatriques pour enfants et adolescents d’Amérique du Nord, 14 (1), 83-104.
– Gruzelier, J. (2009). Une théorie du neurofeedback alpha / thêta, de l’amélioration de la performance créative, de la connectivité fonctionnelle à longue distance et de l’intégration psychologique. Traitement cognitif, 10 (Suppl 1), S101–109.
– Hammond, DC, J. Walker, D. Hoffman, J. Lubar, D. Trudeau, R. Gurnee et J. Horvat. (2004). Normes relatives à l’utilisation de l’électroencéphalographie quantitative (QEEG) dans le neurofeedback: document de synthèse de la Société internationale de régulation neuronale. Journal of Neurotherapy, 8 (1), 5–27.
– Hammond, DC (2005). Les lobes temporaux et leur importance dans le neurofeedback. Journal of Neurotherapy, 9 (1), 67–87.
– Hammond, DC (2006). Qu’est-ce que le neurofeedback? Journal of Neurotherapy, 10 (4), 25–36.
– Hammond, DC (2007). Bibliographie complète sur le neurofeedback: mise à jour 2007. Journal of Neurotherapy, 11 (3), 45–60.
– Heinrich, H., Gevensleben, H. et Strehl, U. (2007). Annotation: Neurofeedback
– Entraînez votre cerveau à former un comportement. Journal de psychologie de l’enfant et de psychiatrie, 48, 3–16.
– Hirshberg, LM (2007). Lieu de biofeedback électroencéphalographique pour trouble de déficit de l’attention / hyperactivité. Expert Review of Neurotherapeutics, 7 (4), 315–319.
– Holtmann, M., Stadler, C., Leins, U., Strehl, U., Birbaumer, N. Et Poustka, F. (2004). Neurofeedback pour le traitement du trouble déficitaire de l’attention / hyperactivité (TDAH) chez les enfants et les adolescents. Zeitschrift fur Kinder-und Jugendpsychiatrie und Psychotherapie, 32 (3), 187-200.
– Horvat, JJ (2007). Cohérence et bizarreries de la cohérence / phase de formation: une perspective clinique. Chapitre dans JR Evans (Ed.), Manuel de Neurofeedback. Binghampton, NY: Haworth Medical Press, p. 213–227.
– Ibric, VL, Dragomirescu, LG, Hudspeth, WJ (2009). Changements de connectivité en temps réel pendant le neurofeedback. Journal of Neurotherapy, 13 (3), 156–165.
– Joffe, D. (2008). Évaluation de la connectivité et formation: une approche de cohérence partielle dirigée. Journal of Neurotherapy, 12 (2–3), 111-122.
– Johnson, ML, Bodenhamer-Davis, E. (2009). Sélection de protocole basée sur QEEG: Étude du niveau d’accord sur les sites, les séquences et les justifications d’un groupe de praticiens expérimentés en neurofeedback basés sur QEEG. Journal of Neurotherapy, 13 (1), 41–66.
– Kaiser, DA (2006). Qu’est-ce que l’EEG quantitatif? Journal of Neurotherapy, 10 (4), 2536.
– Kaiser, DA (2008). Connectivité fonctionnelle et vieillissement: différences de comodulation et de cohérence. Journal of Neurotherapy, 12 (2–3), 123–139.
– Kirk, L. (2007). Protocoles de neurofeedback pour les sous-types de trouble de déficit de l’attention / hyperactivité. Chapitre dans JR Evans (Ed.), Manuel de Neurofeedback. Binghampton, NY: Presse médicale Haworth, pages 267-299.
– Krigbaum, G et Wigton, N (2014). Lorsque vous parlez de neurofeedback, la modalité a-t-elle une importance?. Journal of NeuroRegulation, 1 (1), 48-60.
– Larson, J., Apa, B., Sheehan, LL, T. Cothran et K. O’Neill (2014), Facteurs liés à la qualité de vie au travail pour les thérapeutes en santé mentale responsables du neurofeedback. Journal of NeuroRegulation, 1 (2), 151-164.
– Larson, J., Ryan, C., Baerentzen, M. (2010). Perspectives des praticiens du traitement neurofeedback pour la santé mentale et les troubles physiologiques. Journal of Neurotherapy, 14 (4), 280-290.
– J. Larson, L. Sheehan, TP Cothran, K. O’Neill et B. Apa (2014). Facteurs du praticien du neurofeedback liés à l’observance du client. Journal of NeuroRegulation, 1 (1) 73-85.
– Llewellyn Smith, M., Collura, T. F, Ferrera, J. et de Vries, J. (2014) Formation à la fluctuation infro-lente en pratique clinique: historique technique. Journal of NeuroRegulation, 1 (2), 187-207.
– Lubar, JF (1991). Discours sur le développement du diagnostic EEG et du biofeedback pour les troubles de déficit de l’attention / hyperactivité. Biofeedback et autorégulation, 16 (3), 201225.
– Lubar, JF (1997). Dynamique néocorticale: implications pour la compréhension du rôle du neurofeedback et des techniques associées dans l’amélioration de l’attention. Psychophysiologie appliquée et biofeedback, 22 (2), 111-126.
– Lubar, JF (2003). Neurofeedback pour la gestion des troubles du déficit de l’attention / hyperactivité. Chapitre dans MS Schwartz & F. Andrasik (Eds.), Biofeedback: Guide du praticien (Troisième édition). New York, Guilford, 409–437.
– Monastra, VJ (2003). Applications cliniques du biofeedback électroencéphalographique. Chapitre dans MS Schwartz & F. Andrasik (Eds.), Biofeedback: Guide du praticien (Troisième édition). New York, Guilford, 438–463.
– Monastra, VJ (2005). Biofeedback électroencéphalographique (neurothérapie) en tant que traitement du trouble déficitaire de l’attention: fondements rationnels et empiriques. Cliniques psychiatriques pour enfants et adolescents d’Amérique du Nord, 14 (1), 53–82.
– Monastra, VJ, S. Lynn, M. Linden, JF Lubar, J. Gruzelier et TJ LaVaque (2005). Biofeedback électroencéphalographique dans le traitement du trouble déficit de l’attention / hyperactivité. Psychophysiologie appliquée et biofeedback, 30 (2), 95-114.
– Moore, JP, DL, Trudeau, PD, Rubin, Y., H. Stockley et T. Dimond (2000). Comparaison du neurofeedback alpha-thêta, alpha et EMG dans la production de cross-over alpha-thêta et la survenue de visualisations. Journal of Neurotherapy, 4 (1), 2942.
– Myers, J. & Young, JS (2012). Biofeedback des ondes cérébrales: Avantages de l’intégration du neurofeedback dans le conseil. Journal de conseil et de développement. 90 (1), 20-29.
– Nelson, LA (2003). La neurothérapie et le défi du soutien empirique: appel à un réseau de recherche sur la neurothérapie. Journal of Neurotherapy, 7 (2), 53–67.
– Othmer, S. (2005). Entraînement EEG interhémisphérique. Journal of Neurotherapy, 9 (2), 87–96.
– Othmer, S., Othmer, SF, Legarda, S. (2011). Neurofeedback clinique: Entraînement du comportement du cerveau. Stratégies de traitement
– Neurologie et psychiatrie pédiatriques, 2 (1): 67-73
– Pineda, JA, DS Silverman, A. Vankov et J. Hestenes (2003). Apprendre à contrôler les rythmes cérébraux: rendre possible une interface cerveau-ordinateur. Ingénierie des systèmes neuronaux et de la réhabilitation, Transactions IEEE, 11 (2), 181–184.
– Raymond, J., Varney, C., Parkinson, LA et Gruzelier, JH (2005). Les effets du neurofeedback alpha / thêta sur la personnalité et l’humeur. Recherche sur le cerveau et recherche sur le cerveau cognitif, 23 (2–3), 287–292.
– J. Richardson, P. Fillmore, A. Datta, D. Truong, M. Bikson, J. Fridriksson (2014). Vers le développement de protocoles factices pour la stimulation transcrânienne à courant continu haute définition (HD-tCDS). Journal of NeuroRegulation, 1 (1) 62-72.
– Rossiter, TR (2004). L’efficacité du neurofeedback et des médicaments stimulants dans le traitement des TDA / HD: Partie I. Examen des problèmes méthodologiques. Psychophysiologie appliquée et biofeedback, 29 (2), 135-140.
– Sams, MW (1995). Corrélats mathématiquement dérivés de la fréquence dans la fonction cérébrale: implications théoriques et cliniques pour le traitement par neurofeedback. Journal of Neurotherapy, 1 (2), 1–14.
– Sherlin, L., Arns, M., Lubar, J. et Sokhadze, E. (2010). Un document de synthèse sur le neurofeedback dans le traitement du TDAH. Journal of Neurotherapy, 14 (2), 66–78.
– Sittenfeld, P., Budzynski, TH et Stoyva, JM (1976). Mise en forme différentielle des rythmes thêta EEG. Biofeedback et autorégulation, 1, 31–46.
– Stankus, T. (2008). Le cerveau peut-il être entraîné? Comparaison de la littérature sur l’utilisation du biofeedback / neurofeedback EEG comme traitement alternatif ou complémentaire du trouble déficitaire de l’attention (TDAH).
Bibliothécaire en sciences sociales et comportementales, 26 (4), 20–56.
– Sterman, MB, et Egner, T. (2006). Fondation et pratique du neurofeedback pour le traitement de l’épilepsie. Psychophysiologie appliquée et biofeedback, 31 (1), 21–36.
– Strehl, U. (2009) Neurofeedback potentiels corticaux lents. Journal of Neurotherapy, 13 (2), 117-126.
– Strehl U (2014) Ce que les théories d’apprentissage peuvent nous apprendre dans la conception de traitements de neurofeedback. De face. Fredonner. Neurosci. 8: 894. doi: 10.3389 / fnhum.2014.00894.
– Strehl, U., Leins, U., Goth, G., Klinger, C., Hinterberger, T. et Birbaumer, N. (2006). Autorégulation des potentiels corticaux lents: un nouveau traitement pour les enfants présentant un trouble déficitaire de l’attention / hyperactivité. Pediatrics, 118, 1530-1540.
– Strehl, U., Trevorrow, T., Veit, R., Hinterberger, T., Kotchoubey, B., Erb, M., et Birbaumer, N. (2006). Désactivation des zones du cerveau lors de l’autorégulation des potentiels corticaux lents chez les patients en convulsions. Psychophysiologie appliquée et biofeedback, 31 (1), 85–94. – Swatzyna, RJ, Tarnow, JD, J. Tannous, C. Schieszler, VJ Pillai et GP Kozlowski (2014). La technologie EEG / QEEG identifie les neurobiomarqueurs essentiels au choix et au traitement du médicament: étude préliminaire. Journal de psychologie et de psychiatrie clinique.
– Swatzyna, RJ, Kozlowski, GP et Tarnow, JD (2015). Pharmaco-EEG: Une étude de la médecine individualisée en pratique clinique. EEG clinique et neurosciences. Vol. 46 (3) 192-196: DOI: 10.1177 / 15500594 | 4556 | 20. – Tan G, Thornby J, DC Hammond, U Strehl, B Canady, Arnemann K, et Kaiser DA (2009 / sous presse). Méta-analyse du biofeedback EEG dans le traitement de l’épilepsie. EEG clinique et neurosciences, 40 (3).
– Thatcher, RW (2010). Validité et fiabilité de l’électroencéphalographie quantitative. Journal of Neurotherapy, 14 (2), 122-152.
– Thomas, James L. (2012). Neurofeedback: Une nouvelle modalité pour traiter les problèmes cérébraux. Archives of Medical Psychology, 3 (1), 21-35.
– Thornton, K. (2001). Électrophysiologie de la mémoire auditive des paragraphes vers une théorie de la projection / activation de l’esprit. Journal of Neurotherapy, 4 (3), 45–72.
– Thornton, KE, Carmody, DP (2009). Bases de données QEEG activées et actives pour la prédiction de l’efficacité cognitive et de l’hypothèse d’inefficacité. Journal of Neurotherapy, 13 (1), 1–21.
– Thornton, KE, et Carmody, DP (2009). Rééducation des lésions cérébrales traumatiques: protocoles de traitement par biofeedback QEEG. Psychophysiologie appliquée et biofeedback, 34 (1), 5968.
– Thornton, KE, et Carmody, DP (2009). Rééducation des lésions cérébrales traumatiques: protocoles de traitement par biofeedback QEEG. Psychophysiologie appliquée et biofeedback, 34, 59–68.
– Thorton, Kirtley, E. Carmodly, D, P. (2012). Chiffre de symbole et EEG quantitatif. Journal de neurothérapie.
– Vernon, D., Frick, A. et Gruzelier, J. (2004). Neurofeedback en tant que traitement du TDAH: une revue méthodologique ayant des implications pour la recherche future. Journal of Neurotherapy, 8 (2), 53–82.
– Walker, JE et J. Horvat (2010). Est-il préférable de former le pouvoir d’abord ou la cohérence d’abord? Journal of Neurotherapy, 14 (2), 102-106.
– Walker, J. (2004). Conseils d’un neurologue aux professionnels de la santé mentale sur l’utilisation du QEEG et du neurofeedback. Journal of Neurotherapy, 8 (2), 97-103.
– Walker, JE, Kozlowski, GP et Lawson, R. (2007). Une approche d’activation / cohérence modulaire pour évaluer les corrélations cliniques / QEEG et pour guider la formation au neurofeedback: insuffisances modulaires, excès modulaires, déconnexions et hyperconnexions. Journal of Neurotherapy, 11 (1), 25–44.
P
lus de publications https://www.rvd-psychologue.com/neurofeedback-traitement-hyperactivite-depression-fatigue.html

BIBLIOGRAPHIE NEUROFEEDBACK Z-SCORE :

– Collura, TF, Guan, J., Tarrant, J., Bailey, J. et Starr, F. (2010). Des études de cas de biofeedback EEG utilisant une formation en direct Z-score et une base de données normative. Journal of Neurotherapy, 14 (1), 22–46.
– Collura, TF (2009). Dynamique neuronale en relation avec l’évaluation et la formation en électroencéphalographie normative. Biofeedback, 36, 134-139. – Frey, LC, Koberda JL (2015). Neurofeedback LORETA Z-score chez les patients atteints d’épilepsie médicalement réfractaire. Journal de neurologie et neurobiologie, 1 (1).
– Hammer, BU, Colbert, AP, Brown, KA et Ilioi, EC (2011). Neurofeedback for Insomnia: Une étude pilote sur le Z-Score SMR et les protocoles individualisés. Psychophysiologie appliquée et biofeedback, DOI 10.1007 / s10484-011-9165-y.
– Koberda, JL (2011). Avantages cliniques de l’application de l’électroencéphalogramme quantitatif (QEEG) en neurologie générale. Neuroscience Letters, 500 (Suppl.), E32.
– Koberda, JL, A. Moses, L. Koberda et P. Koberda (2012). Amélioration cognitive par neurofeedback à 19 électrodes Z-score. Journal of Neurotherapy, 16 (3): 224-230.
– Koberda, JL, Hiller, DS, Jones, B., Moses, A. et Koberda, L. (2012). Application du neurofeedback dans la pratique de la neurologie générale. Journal of Neurotherapy, 16 (3): 231-234.
– Koberda, JL (2014). Neuromodulation-Une Modalité Thérapeutique Emergente En Neurologie. Journal of Neurology and Stroke 2014, 1 (4): 00027.
– Koberda J, L. et Stodolska-Koberda U (2014). Neurofeedback LORETA Z-score en tant que modalité de rééducation potentielle chez les patients atteints de CVA. Journal of Neurology and Stroke 1 (5): 00029.
– Koberda, JL et al. 2012. Amélioration cognitive avec Neurofeedback à 19 électrodes Z-score. Journal of Neurotherapy 3.
– Koberda JL, Koberda P, Bienkiewicz A, Moïse A, Koberda L. Gestion de la douleur à l’aide de Z-Score LORETA à 19 électrodes. Journal of Neurotherapy, 2013, 17: 3, 179-190.
– Koberda, JL (2012). Comparaison de l’efficacité du neurofeedback surface / LORETA 19 à électrodes Z-score par rapport au neurofeedback standard à 1 électrode
– Journal of Neurotherapy.
– Kodebra, JL (2015). LORETA efficacité du neurofeedback z-score dans la réadaptation des patients souffrant d’une lésion cérébrale traumatique. Journal de neurologie et neurobiologie, 1 (4).
– Koberda, JL, P. Koberda, A. Moses, J. Winslow, A. Bienkiewicz, A., Koberda L. (2014). Neurofeedback LORETA Z-score en tant que traitement potentiel du TDAH. Biofeedback, 42 (2), 74-81. doi: 10.5298 / 1081-5937-42.2.05.
– Koberda, JL (2014). Neurofeedback LORETA Z-score en tant que traitement potentiel du dysfonctionnement cognitif et de la démence. Journal de psychologie et de psychiatrie clinique, 1 (6). doi: 10.15406 / jpcpy.2014.01.00037.
– Koberda, JL, Frey LC (2015). Neurofeedback LORETA de Z-score en tant que traitement potentiel pour les patients souffrant de crises convulsives et d’épilepsie réfractaire. Journal de neurologie et de neurobiologie, 1 (1) doi: http: //dx.doi. org / 10.16966 / noa.101 \
– Krigbaum, G., Wigton, N. (2015). Une méthodologie d’analyse pour le suivi du traitement progression avec neurofeedback z-score à 19 canaux (19ZNF) dans un modèle mono-sujet. Psychophysiologie appliquée et biofeedback, 40 (3), 139-149. doi: 10.1007 / s10484-015-9274-0.
– Thompson, M., Thompson, L. et Reid, A. (2010). Neuroanatomie fonctionnelle et justification de l’utilisation du biofeedback EEG pour les clients atteints du syndrome d’Asperger. Journal de psychophysiologie appliquée et de biofeedback, 35 (1), 39-61.
– Thatcher, RW (2013): Derniers développements en matière d’entraînement Z-Score en direct: liste de contrôle des symptômes, réinitialisation de phase et biofeedback Loreta Z-Score, Journal of Neurotherapy, 17 (1), 69- 87.
– Thatcher, RW (2013). Derniers développements en matière de formation Z-Score en direct: liste de contrôle des symptômes, réinitialisation de phase et biofeedback Loreta Z-Score. Version du premier enregistrement publié: Journal of Neurotherapy. 17 (1)
– Wigton, NL (2013) Perspectives cliniques du neurofeedback Z-Score à 19 canaux: avantages et limites, Journal of Neurotherapy, 17 (4), 259-264. 

© 2011 Ruby VILLAR-DOCUMET Psychologue à Paris
Neurothérapeute spécialiste en neurofeedback 2 Loreta – Psychothérapeute
Cabinet : 2 Place Malvesin, 92400 Courbevoie (aux portes de Paris)

Mentions légales et conditions d’utilisationCharte de confidentialité et de sécurité