reseau-neuronal

Ruby Villar-Documet

Neurosciences et Psychophysiologie Clinique Appliquée

creveaux-bleu
cerveau-lumineux

Le Syndrome d’Asperger (TSA : Trouble du Spectre de l’Autisme) : Diagnostic, Décryptages, Neurofeedback

1.- Qu’est-ce que le syndrome autisme asperger (TSA) ?

TSA signifie : Trouble du spectre de l’autisme. Le syndrome d’Asperger a été observé pour la première fois sur des enfants dès les années 1940 par Hans Asperger, pédiatre autrichien. En 1944, il décrit la symptomatologie de 4 enfants âgés de 6 à 11 ans dont il relate les cas de manière détaillée.

Même s’il est clairement déterminé que Kanner et Asperger ne se connaissaient pas, la convergence dans la description des traits fondamentaux de l’autisme est frappante – avec quelques nuances. Dans la description faite par Asperger, on retrouve : le repli sur soi, les troubles du langage, la tendance à la ritualisation, les bizarreries psychomotrices et l’importance de l’altération dans les capacités d’interaction sociale. Cependant, sa description concerne quatre cas d’enfants atteints de forme d’autisme d’intensité variable et dont les capacités intellectuelles se situent globalement au-dessus de celles des cas décrits par Kanner.

Contrairement à l’autisme de Kanner, le syndrome d’Asperger n’implique donc aucun déficit intellectuel. Ils possédaient ainsi de bonnes possibilités intellectuelles avec une expression moins sévère de l’autisme que celle décrite par Kanner. On parle alors d’autisme de haut-niveau. Malgré ceci, Asperger constate des déficits sociaux qui, cependant, n’empêchent pas l’individu d’être capable d’atteindre un certain niveau de réussite et d’être intégré socialement. Asperger considère ainsi que « ces individus extravagants peuvent s’intégrer socialement ».  

Dans son étude de 1981, Lorna Wing, fut la première à utiliser le terme de Syndrome d’Asperger. Elle remarquait que certains enfants présentaient les traits de l’autisme classique dans leur jeune âge, mais qu’ils développaient ensuite un langage fluide et un désir de nouer des relations. Ces progressions permettaient de dépasser le diagnostic d’autisme classique (selon les critères d’études de Kanner), mais ils s’approchaient davantage de la description initiale de Hans Asperger.

En 1983, Lorna Wing (Burgoine & Wing) décrit les principaux signes cliniques du syndrome d’autisme d’Asperger en ces termes : ces enfants manquent d’empathie, leurs interactions sont unilatérales, naïves et inappropriées (anomalies qualitatives dans les interactions sociales). Ils ont une incapacité ou une capacité restreinte à établir des relations amicales. Ils présentent un langage répétitif, pédant, leur communication non-verbale est pauvre, ils manifestent un intérêt marqué pour certains sujets (intérêts restreints) sur lesquels ils reviennent avec insistance (activités répétitives). Ils présentent également une maladresse motrice, un défaut de coordination et des postures bizarres.

L’autisme et le syndrome d’Asperger font partie des troubles envahissants de développement (TED), entité clinique issue de la traduction des termes pervasive developmental disorders et qui apparaît en 1980, dans le DSM-III (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, troisième édition) et en 1993 dans la CIM-10 (Classification internationale des maladies de l’organisation mondiale de la santé, dixième édition,1992).

Dans la quatrième version révisée, le DSM intègre cinq catégories des troubles envahissants de développement (TED) : le trouble autistique, le syndrome de Rett, le trouble désintégratif de l’enfance, le syndrome d’Asperger, et aussi le trouble envahissant du développement non spécifié (TED-NS).

Le DMS IV expose la définition suivante pour les TED : ce sont des troubles qui se caractérisent par des déficits sévères et une altération envahissante de plusieurs secteurs du développement (capacités d’interaction sociales réciproques, capacités de communication) ou par la présence de comportements, d’intérêts et d’activités stéréotypés, restreints ou répétitifs. Ces déficiences qualitatives doivent être en net décalage par rapport au stade de développement du sujet ou à son âge mental.

L’Autisme conventionnel et le syndrome d’Asperger sont couramment désignés comme des troubles du spectre autistique. Le syndrome d’Asperger est un trouble neurologique complexe affectant la socialisation, la sensibilité sensorielle, la motricité, le caractère et le langage d’un individu. Il s’agit d’un trouble non-évolutif qui peut être diagnostiqué chez le très jeune enfant dès l’âge de 2 ou 3 ans.

Contrairement à l’autisme de Kanner, le syndrome d’Asperger n’implique aucun déficit intellectuel.

© 2011 Ruby VILLAR-DOCUMET Psychologue à Paris

Neurothérapeute spécialiste en traitement de l’autisme Asperger par neurofeedbackPsychothérapeute

Cabinet : 2 Place Malvesin, 92400 Courbevoie (aux portes de Paris)

Mentions légales et conditions d’utilisationCharte de confidentialité et de sécurité